• - Pigs ( Three Different Live ) .

     

    Animalyse d'une chanson  ' en Concert '

     

    Gilmour : Fender electric Stratocaster, Vocoder .

    Waters : fender Stratocaster .

    Mason : Ludwig drum Kit .

    Wright : Fender Rhodes Suitcase Mk1 electric piano, Mini moog synthe .

    White : Fender Bass Guitar .

    Parry : orgue Mini moog synthe, effects . 

      

    Le morceau joue volontiers sur le côté ‘Heavy’ Le titre commence sur le bruitage des cochons caractéristique de l’album. Un cochon gonflable assez imposant parcours la salle accroché par un filin et éclairé par quatre spots ( selon la configuration de la salle ). Puis entre en « fade in » le riff d’orgue joué par Wright avec Parry jouant en appoint les nappes de synthé. White qui délaisse sa guitare pour la basse de Waters entre en scène et rejoint l’orgue.  Waters, muni de sa stratocaster noire attaque le riff en Mi mineur 5 en jouant l’accord en power chord. Une mesure plus tard, Mason l’accompagne par 4 coups de caisse claire et de charleston ainsi que Gilmour qui double le son de Waters pendant une mesure supplémentaire. Waters attaque la chanson en chantant le premier couplet rejoint par David sur la phrase « AHAH Charade you are », vient ensuite le refrain ( « you’re nearly …. » ) chanté en harmonie sur la fin par Gilmour et Waters. Le deuxième couplet-refrain arrive dans les mêmes conditions. Le premier changement notable apparaît lors du break sur lequel ( à l’inverse de la version studio ) Gilmour se fend d’un solo incisif proche du solo final bien connu. Waters répond à la guitare en répétant « you’re nearly to laugh » accompagnés de rires préenregistrés ( ceux de Dark Side à savoir Jerry Driscoll cf. brain Damage ). Vient ensuite le break hypnotique tel qu’on le connaît sur l’album. L’orgue est employé très en avant avec la guitare puissante de Gilmour en soutien. En revanche, le vocoder passe quasiment inaperçu. Vient ensuite la seconde partie qui reste proche de l’original.  Enfin, le solo final de David voit l’apparition d’un énorme cochon gonflable  au dessus du guitariste qui est lui-même éclairé par un puissant projecteur télescopique qui se place au dessus de lui.

     

    je me suis permis de faire un petit sondage auprès de certains Fan du Floyd, que l'ont peu trouvé sur les sites SeedFloyd  &  Speak  Of  Floyd.

    Ma question ; quel est pour vous votre meilleure version LIVE   de ce titre.

    Pour ma part, j'aime beaucoup celle d'Oakland, Boston, Montréal, etc., etc., mais il y en a une que j'ai toujours plaisir à écouter, c'est celle de Munich, du 27 février.

     

     

     - SeedFloyd :

    Roger Keith ; Pour moi ce sera Montréal '77. La tension ambiante du concert et celle du morceau mélangées ensembles en font un cocktail détonant.

    Fouge ;  Avis partagé .

    Petunia ;    Montréal 77, j'avoue vraiment pas mal !           

     

     

     

     - Speak Of Floyd :

    Marsu ;  Sans aucune hésitation, Oakland 1977, le 9 mai (si ma mémoire est bonne).
    La version Montréal est géniale aussi mais le son est moins bon. Or pour moi le critère compte.

    Hacarlesta ;  Si je ne suis pas spécialiste des lives, je connais bien celui d'Oakland et en effet, c'est une version magistrale, comme tout le reste de ce concert d'ailleurs (Have a cigar!).

    two-suns-in-the-sunset ; Comme Marsu, la version d'Oakland est dantesque !

    MOB ;  La version "crachat" de Montréal, quelle tuerie !